Bertrand Cantat à Grenoble : «Bon, il a dit 35 fois merci, c’était un peu angoissant» (Libération)

Bertrand Cantat à Grenoble : «Bon, il a dit 35 fois merci, c’était un peu angoissant» (Libération)

Devant la Belle électrique, une petite salle de concert où se produisait l'ancien leader de Noir Désir mercredi, ses fans ont fait face à des manifestants remontés.

«Un homme pressé, deux femmes mortes», «à bas le patriarcantat» : à Grenoble, mercredi, les slogans se sont invités une seconde fois devant la Belle électrique, la salle de spectacle qui accueillait deux dates de la tournée de l’ex-leader de Noir Désir, condamné en 2004 pour le meurtre de sa compagne, Marie Trintignant, et dont l’ex-épouse, Kristina Rady, s’est suicidée en 2010. Une heure avant le concert, une cinquantaine de manifestants - des femmes en majorité - se sont réunis autour d’une banderole «Toutes ensemble contre le féminicide». Mais cette fois-ci, elles n’ont pas reçu la visite du musicien...

Article à lire sur LIBERATION

Crédit photo : Alberto Campi | We Report © 2018

By et | 2018-05-08T07:39:09+00:00 16/03/2018|Tags: , , , |

About the Author: et

Maïté Darnault

Maïté Darnault, journaliste presse écrite, print et web. Basé à Lyon. Après dix ans de vie parisienne, dont sept au Monde (au Monde des religions puis à M Le Magazine du Monde), une escale en Nouvelle-Calédonie, différents voyages et reportages en tant qu’indépendante, la journaliste Maïté Darnault, formée au CUEJ de Strasbourg, est désormais basée en Rhône-Alpes. Reporter, enquêtrice, storyteller sur des sujets nationaux et internationaux, avec une prédilection pour les sujets de société, elle est aujourd’hui correspondante de Libération à Lyon et collabore avec des médias en ligne et des titres de presse magazine nationaux et régionaux. Collaborations : Libération (correspondance à Lyon), Les Jours, Médiacités, Acteurs de l’économie, Vivre à Grenoble, La Cité… Enseignante presse écrite pour des formations en journalisme.

Alberto Campi

Alberto Campi, photojournaliste. Basé entre Genève et Grenoble. Adepte du « slow journalisme », Alberto Campi est indépendant depuis 2007. Italien de naissance, migrant par vocation. Correspondant pour le mensuel suisse La Cité. Il a publié sur : La Cité, Mediacités, Mediapart, Irin News, La Tribune de Genève, Il Corriere della Sera, La Stampa, Internazionale, Visionscarto.net, Il Fotografo, Witness Journal, Capital, Vivre Ensemble… Il collabore avec le département de géographie et d’environnement de l’Université de Genève et la HETS à Genève. Prix : World Report Award, catégorie « Single Shot », au festival de la photographie éthique de Lodi (Italie), en 2017. Prix international DevReporter 2016, avec Mathieu Martiniere et Daphné Gastaldi, pour des reportages sur les Roms en Roumanie et Slovaquie. Lauréat du Swiss Photo Award 2012, catégorie « Reportage », pour son travail sur l’immigration en Grèce, « Beyond Evros Wall ». Site perso : www.albertocampiphoto.com

Contacts

contact ]@[ wereport.fr

Daphné Gastaldi: daphne ]@[ wereport.fr

PGP Public key bit.ly/1hkbcUV 

Mathieu Martiniere: mathieu ]@[ wereport.fr

PGP Public Key : lc.cx/Znh

Robert Schmidt: robert ]@[ wereport.fr

PGP Public Key : ow.ly/SGVVS  

Maïté Darnault: Maite ]@[ wereport.fr

Alberto Campi: Alberto ]@[ wereport.fr

Mathieu Périsse: mathieup ]@[ wereport.fr

Federico Franchini: federico ]@[ wereport.fr

Pierre Gouyou Beauchamps: pierregbmail ]@[ gmail.com