Confrontée à une hausse «massive et brutale» des demandes, l’association estime que 140 000 personnes seront privées de sa campagne d’hiver d’aide alimentaire. Dans la Drôme et l’Ain, les bénévoles s’évertuent à contrer tant bien que mal une précarité grandissante.

Annie aime être postée aux légumes. Tablier ocre et fines lunettes, la sexagénaire a «toujours voulu s’engager», une fois retraitée. En 2017, elle est devenue bénévole aux Restos du cœur, dans le quartier populaire de Fontbarlettes, à Valence (Drôme). Chaque semaine, elle assure la distribution du jeudi. Une trentenaire, les yeux cernés, se présente face à elle. «Qu’est-ce qui vous tente, madame ? Choisissez», invite Annie, regard attentif. La bénéficiaire hésite. «Ce n’est pas mon jour.» Son enfant s’agite dans la poussette. «Courage, il faut aller au bout quand même, peut-être profiter de la sieste du petit pour s’assoupir un peu…» La mère sourit, étal suivant....

Article à lire sur Libération

Crédit photo : Libération © Pablo Chignard 2023